Propriétaires forestiers comment participer

Propriétaires forestiers : Comment participer ?

(PDF – 985 Ko)

L’importance des sylviculteurs pour la santé de l’écosystème forestiers… et réciproquement !

Très gros bois, bois morts, etc. Autant de composants de la « biodiversité » que nous avons la chance de retrouver – par endroit – sur le territoire du Parc naturel régional Livradois-Forez. Une biodiversité indispensable car elle améliore les processus fonctionnels des écosystèmes forestiers. Cela concerne à la fois la régénération, la croissance et la productivité, la résistance et la résilience des peuplements face aux perturbations.

L’importance des propriétaires et sylviculteurs

L’écosystème forestier est l’outil de travail du sylviculteur. Que vous confiiez la gestion de votre forêt à un professionnel ou que la gériez vous-même, chaque décision prise influe directement sur l’équilibre de cet écosystème.

La stratégie du projet consiste à pérenniser – voire à retrouver – cet équilibre. Pour ce faire, vous réservez, de lieux en lieux, un arbre – voire une petite surface –  dont le rôle principal sera d’être un relais favorable à la biodiversité. Cela facilitera l’installation et le développement d’espèces exigeantes ; et leur circulation au sein du massif forestier du Livradois-Forez.

Sapinière du Livradois. Cliché JC Corbel

Pourquoi participer? Quels intérêts pour la sylviculture ?

Pour restaurer la fonctionnalité globale de l’écosystème forestier et continuer à produire du bois de qualité. Lorsqu’un écosystème fonctionne bien, c’est un facteur de résistance et de résilience face aux maladies, aux parasites et particulièrement aux aléas climatiques.

Car il ne s’agit pas de « mettre sous cloche » vos forêts. Vous poursuivez vos récoltes de bois : les îlots de vieux bois et les arbres réservés pour la biodiversité restent minoritaires dans le peuplement. Dans le même temps, l conservés vous rendent service. Relevons, par exemple, que :

  • certaines espèces favorisées par les bois morts et/ou forêts anciennes, sont utiles pour lutter contre les ravageurs, dont les scolytes (pics, etc.) ;
  • divers organismes liés au bois en décomposition contribuent à la régénération en pollinisant les arbres : 20 % des coléoptères saproxyliques adultes sont même floricoles ;
  • la sélection naturelle qui s’opère en zone de libre évolution favorise des semenciers autochtones mieux adaptés aux conditions futures du milieu ;
  • le bois mort altéré par des insectes et des champignons constitue un substrat privilégié et enrichit le sol pour la germination des graines des essences d’arbres.

La trame de vieux bois est donc un outil pour garantir la disponibilité à long terme de la ressource forestière en Livradois-Forez, et pour offrir une meilleure stabilité au tissu économique de la filière.

Quelles forêts sont concernées ?

Le projet concerne l’ensemble des forêts publiques et privées situées sur le territoire du Parc Livradois-Forez (communes adhérentes et ayant approuvé la Charte du Parc), en cohérence avec la logique de massif forestier recherchée dans le projet.

Comment participer ?

En tant que propriétaire sylviculteur, vous pouvez vous engager avec le Parc Livradois-Forez en :

  • désignant des arbres à conserver pour la biodiversité, favorisant le mélange d’essences et l’étagement de la végétation… pour construire collectivement une trame intermédiaire exploitée et productive, en veillant au bon fonctionnement de l’écosystème forestier.

et/ou en

  • définissant un ou plusieurs îlot(s) d’au moins un demi hectare, où la forêt n’est plus exploitée, mais laissée en libre évolution, jusqu’à la mort des arbres en place ;

Chaque dispositif individuel sera réfléchi avec son sylviculteur volontaire – notamment au regard des surfaces dont vous disposez, de vos attentes propres, etc. – pour optimiser l’intérêt économique et environnemental de cette démarche pour votre forêt.

Ainsi, vous pourrez vous inscrire dans cette dynamique de réseau, en apportant votre pierre à l’édifice collectif, à hauteur de vos possibilités et de vos envies, tout en respectant vos objectifs personnels.

Ce projet se veut fonctionnel. C’est pourquoi, il est important que votre engagement soit pris pour une durée d’au moins 10 ans – plusieurs décennies pour une efficience optimale – afin d’assurer une bonne continuité dans le temps. Idéalement, vous inscrivez ces choix dans votre document de gestion durable (Plan simple de gestion, etc.) si vous en possédez un.

Comment placer mes îlots et quels arbres conserver ?

Les forêts du Livradois Forez abritent une grande biodiversité. En plus d’avoir des sols forestiers de qualité, et des arbres de tous les âges, nos forêts comptent aussi quelques éléments remarquables tels que des très (très) gros arbres, des arbres morts sur pied et au sol, etc. Ce sont les garants du bon fonctionnement de l’écosystème forestier. Aussi, installez de préférence vos îlots de sénescence de manière à conserver le plus d’éléments de maturité possible :

  • très gros et très très gros bois vivants (diamètre supérieur à 67,5cm puis à 87,5 cm pour le sapin par exemple) ;
  • gros bois mort sur pied ;
  • bois mort au sol ;
  • dendromicrohabitats (cavités d’arbres, humus, polypores, etc.).

La structure irrégulière du peuplement, le mélange d’essences et la présence d’essences autochtones sont également des paramètres intéressants à prendre en compte.

Contacts

Nous restons à votre écoute pour vous accompagner dans la mise en place d’un ilot de sénescence :

Vous avez déjà un ilot de sénescence ? Inscrivez-le au projet !

Documents à consulter ou télécharger:

Liste_Communes_PNRLF (PDF – 485 Ko)

DossierIPAMAC-TVbois_BasseDef-PlancheAtoutForestiers (PDF – 2 Mo)

Bois de Bayet Chalmazel. Cliché JC Corbel