Pour la 4ème année consécutive, du 1er juin au 31 octobre 2021  le Parc naturel régional Livradois-Forez fait appel à des personnes volontaires et bénévoles, et à ses ambassadrices et ambassadeurs nature, pour

collecter des observations sur les hérissons  du Livradois-Forez

L’objectif est d’estimer la population de hérissons vivant en Livradois-Forez, d’identifier si possible les zones où ils sont victimes du trafic routier et de sensibiliser les publics aux bons gestes à avoir en faveur de cette espèce. 

Les hérissons peuvent être partout : dans les jardins, en ville, à la campagne, sur la route. Toutes les observations d’animaux 
(vivants ou non) intéressent le Parc !

___________________

En pratique :

Chaque observateur enregistre lui-même ses observations

sur Internet.

Pour cela, il est nécessaire d’être inscrit en tant qu’observateur sur le site. C’est très simple, il suffit de suivre pas à pas les indications fournies en ligne. En cas de difficultés, un formulaire de contact est disponible.

___________________

Cette action est l’occasion d’en apprendre plus sur le hérisson :

  • Il est l’allié des jardiniers car il est le prédateur de nombreux « ravageurs indésirables » qui se nourrissent aux dépens des cultures. Il affectionne principalement les limaces (un individu consomme environ 4 kg de limaces en une saison !) et les escargots mais ne rechigne pas à dévorer des vers de terre, des chenilles, des hannetons, des charançons.
  • Le hérisson se déplace sur un grand territoire (il peut parcourir plus de 4 km par nuit). Pour lui faciliter la tâche, on peut laisser une ouverture d’au moins 15 cm de largeur à la base des murs ou des clôtures.
  • Il fait énormément de bruit en se goinfrant : grogne, s’énerve, envoie de la terre à plusieurs mètres lorsqu’il gratte le sol, fouille parmi les feuilles, renifle bruyamment.
  • Véritable « baromètre » de la biodiversité, ce mammifère est victime des pesticides (qui l’intoxiquent indirectement), des anti-limaces (à base d’anticoagulant) et du trafic routier ; l’arrachage et la suppression des haies lui sont aussi très défavorables.

Contact :

Serge CHALEIL, Chargé de mission « Médiation des patrimoines »
04 73 95 57 57,