Fiche n°49

Les plantes grimpantes, la vie à la verticale

Les plantes grimpantes (clématite, lierre, rosiers grimpants, glycine, chèvrefeuille, vigne vierge) offrent une floraison abondante et un feuillage décoratif tout en n’occupant qu’une faible surface au sol. Au gré des saisons, la couleur des fleurs et des feuilles renouvelle sans cesse le spectacle d’une façade, et c’est à l’automne que leur flamboiement est le plus beau. Faciles à planter, on peut en bénéficier même sans jardin à proprement parler puisqu’une simple bande de terre à la base d’un mur suffit à leur croissance !

Ce mur végétal devient également un véritable mur vivant, susceptible d’héberger et de nourrir une cohorte impressionnante d’espèces.
De nombreux insectes, comme les mouches et moucherons, les abeilles ou les papillons, viendront butiner les fleurs et récolter du nectar, ce qui attirera à coup sûr les oiseaux insectivores tels les hirondelles ou les gobe-mouches, qui viendront littéralement les cueillir sur les feuilles.

Vigne vierge

Vigne vierge

Le long des tiges grimpantes, bien à l’abri derrière le feuillage, les chauves-souris pourront y trouver des gîtes diurnes frais et aérés, et profiter de la manne alimentaire des insectes sitôt la nuit tombée. Après quelques années, lorsque les lianes seront devenues plus solides, le rougequeue ou le merle noir construiront leur nid dans l’enchevêtrement des frondaisons. Le lérot, le muscardin ou l’écureuil pourront également se dissimuler dans la haie verticale, y chercher ou y construire leurs gîtes d’été, et les lézards viendront chasser les petits invertébrés, comme par exemple les araignées…

Charles Lemarchand

Muscardin

Muscardin

 

Comment agir ?

Outre les plantes grimpantes, il est possible de disposer des arbres fruitiers le long d’un mur bien exposé. Le choix de variétés rustiques, associé au palissage, c’est-à-dire à une taille bien adaptée permettant la croissance de l’arbre plaqué au mur, tuteuré et attaché, autorise la culture de fruitiers dans des environnements exposés aux gelées tardives du printemps, et plus généralement aux intempéries. La vallée de l’Ance s’est ainsi fait une spécialité des poirières palissées, et sur certaines façades de véritables petites cathédrales verticales de poiriers centenaires, mais aussi de vignes, de pêchers et d’abricotiers régalent leurs propriétaires. Il ne faut pas hésiter à demander conseil à ces jardiniers et cultivateurs avisés pour obtenir un plant ou une greffe, afin d’en profiter également !!

© Copyright - Parc naturel régional Livradois-Forez