Fiche n°54

Les nichoirs à oiseaux

Comment résoudre la crise du logement

La disparition des vieux arbres des forêts, des haies, du bocage ou des vergers, l’arrachage des buissons, ou encore la réfection des vieux bâtiments et les constructions modernes entrainent une diminution importante des sites de nidification naturels pour les oiseaux. Il s’en suit une véritable crise du logement, les couples de nombreuses espèces ne pouvant se reproduire par manque d’espaces et d’habitats adaptés.

Les arbres du verger sont parfaits pour abriter les nichées de mésanges.

Les arbres du verger sont parfaits pour abriter les nichées de mésanges.

Il est assez facile d’accueillir de nombreuses espèces d’oiseaux, en se procurant des nichoirs, ou mieux encore, en les fabricant soi-même. Le principe est toujours le même, le nichoir doit être adapté à chaque espèce, de par ses dimensions générales et particulièrement celle du trou d’envol, qui ne doit pas être trop étroit afin de ne pas gêner l’entrée et la sortie des oiseaux, et pas trop large pour éviter l’intrusion de prédateurs ou de concurrents.

Charles Lemarchand

Comment agir ?

Les mésanges par exemple sont très « attentives » à ces dimensions et n’adopteront pas le nichoir si elles ne leur conviennent pas. Le nichoir doit être suffisamment éloigné du sol pour éviter les intrus et bien exposé au sud-est. Il faut aussi s’astreindre à ne pas ouvrir le nichoir pour tenter de savoir s’il est occupé, car c’est le meilleur moyen de faire échouer une nichée. En général l’activité frénétique des parents qui apportent sans cesse de la nourriture au nid confirme la présence des oisillons ! Le schéma ci-dessus illustre un nichoir en bois simple à fabriquer, dit « nichoir à balcon », avec les dimensions de trous d’envol adaptés à quelques espèces communes. Le « balcon » a deux avantages indéniables : d’une part, il protège la nichée de l‘entrée des vents coulis et de l’humidité et d’autre part, il empêche une domestique mais griffue patte de chat mal intentionné de commettre l’irréparable…Bien d’autres espèces peuvent être séduites par des nichoirs artificiels, comme les hirondelles, les martinets, la belle chevêche d’Athéna ou encore l’effraie des clochers, à condition que les nichoirs soient placés dans l’environnement des oiseaux bien avant la période de reproduction, pour qu’ils y habitent et aient le temps de bien l’aménager. Pour joindre l’insolite à l’agréable, il est aussi possible de récupérer des objets de la vie courante pour les transformer en nichoirs : un pot de fleurs en terre cuite percé à sa base et posé perpendiculairement à une façade sera parfait pour le rouge-gorge, une ancienne boîte aux lettres en bois conviendra aux mésanges, une caisse de bois ayant contenu des bouteilles de vin pourra être convertie en nichoir à effraie des clochers. Les exemples sont légion, pour avoir la plus grande diversité des oiseaux dans le jardin !!

© Copyright - Parc naturel régional Livradois-Forez