Fiche n°38

La chouette chevêche

Atene noctua

La Chouette chevêche est un de nos plus petits rapaces nocturnes et un des plus diurnes. En Livradois et Forez, il est encore assez fréquent d’observer cet oiseau rond (22/25cm de haut) sur un faîte de toit, dans l’encadrement d’une lucarne, sur une cheminée… en pleine journée.

Caractéristiques

De livrée grise, pointée de taches blanches, la chevêche paraît sombre de loin. De plus près, ses 2 grands sourcils blancs surlignent ses grands yeux jaune paille. Immobile, elle se glissera dans sa cachette (trou d’arbre, sous le toit…), si elle se sent trop épiée. Son vol est rapide, ondulé, près du sol le plus souvent.

 

Moeurs et alimentation

Elle chasse plutôt le soir et la nuit, mais aussi en pleine journée. La chevêche s’intéresse aux petites proies (petits mammifères et oiseaux, gros insectes, lombrics…),La disponibilité en proies et son opportunisme font le reste. Ainsi, chasse-t-elle de gros insectes sous des lampadaires de villages en été. Elle profite largement des envols de hannetons. Avec la pluie, elle se goinfre de lombrics. Un ancien maraîcher de Glaine-Montaigut mettait des piquets dans ses cultures, afin que la chevêche ait des perchoirs lui facilitant la capture des courtilières. La Chouette chevêche est sédentaire. Les couples se ressoudent en fin d’hiver, puis les chants sont émis en mars principalement. La ponte est déposée vers fin avril et la nichée de 2, 3 ou 4 jeunes s’envole vers la mi-juin. Comme tous les nocturnes, les petits vagabondent bien avant de savoir voler. Beaucoup trouvent rapidement la mort (chats, chiens, renards…). Le nid se trouve sur l’humus dans une cavité d’arbre, sur la paille dans un grenier, une grange… ( les rapaces nocturnes ne construisent pas de nids, mais pondent directement sur le support trouvé dans le gîte choisi).

Habitat

En Livradois-Forez, où cet oiseau est étudié et suivi, la chevêche niche à 50% dans un trou d’arbre ; l’autre moitié dans des bâtiments. Elle est assez éclectique dans son choix d’habitat. Cependant, la présence de prairies est essentielle. Ainsi, la chevêche peut-elle être trouvée presque en ville, ou dans des secteurs très « ouverts » (Limagne), ou des coins de bocages, parfois avec une densité de haies importante. Mais la chevêche n’est absolument pas forestière et abandonne les endroits trop boisés.

J.J. Lallemant. LPO

Protégez la Chevêche téléchargez le document réalisé avec la LPO

Comment agir ?

La chevêche côtoie l’Homme depuis qu’il a défriché la forêt pour faire de l’élevage et des cultures. Comme elle est en forte diminution, en raison de la modification des habitats, de l’usage des pesticides… il faut aider la chevêche. Laisser quelques très vieux arbres dans des haies, en lisière d’un bosquet, un dans un verger. Planter des scions, puis tailler des saules en têtards si un ruisseau traverse votre propriété ! Pourquoi ne pas planter quelques noyers, pommiers… pour votre plaisir et pour héberger la chevêche quand, 60 ans plus tard quelques-uns de ces arbres présenteront une cavité adéquate. Boucher tous vos conduits de cheminée par un grillage. La chevêche est très curieuse ! Combien de cadavres desséchés trouvés lors de ramonage lors du retour dans une résidence secondaire, après l’hiver. Ne pas ramasser les jeunes trouvés à terre. Ils ne sont jamais loin de leur nid. La nuit, ils appelleront et les parents les nourriront. Au mieux, les remettre en hauteur (arbre creux, sur un toit avec une caisse où ils s’abriteront…). Et encore, n’utilisez plus de pesticides dans votre jardin, favorisez les produits en « biologie »

© Copyright - Parc naturel régional Livradois-Forez