Elaboration d’un protocole expérimental de suivi des landes à myrtilles sur plusieurs territoires du Massif Central, dans le cadre d’un projet sur la préservation et la valorisation de la myrtille sauvage

Résumé

Dans le cadre d’un projet entre plusieurs Parcs du Massif Central, ce stage a pour objet de capitaliser des connaissances empiriques existantes sur la dynamique des landes à myrtilles et d’élaborer un protocole expérimental de suivi des itinéraires techniques favorables au maintien et à la reconquête de ces landes sur le PNR Livradois-Forez, le PNR des Monts d’Ardèche, le PNR du Pilat et sur le PNR Millevaches en Limousin.

Ce travail se déroulera de manière complémentaire à l’étude historique et ethnographique de la cueillette de myrtilles sauvages dans le Massif Central, conduit dans le cadre du partenariat pré cité avec les Parcs du Massif central et faisant l’objet d’une seconde offre de stage.

Contexte

La myrtille sauvage (Vaccinium myrtillus) constitue une espèce emblématique et identitaire de nombreux territoires situés au coeur du Massif Central : plateau de Millevaches en Limousin, Monts d’Ardèche, Monts du Forez et du Livradois, Monts du Pilat, Volcans d’Auvergne, Cévennes, Lozère, …

Constitutives de la biodiversité des territoires concernés, les landes à myrtilles sont pour partie classées habitats d’intérêt communautaire. Leur présence est directement liée au maintien de milieux ouverts et la présence de l’élevage. Elle constitue une double ressource (alimentation des troupeaux et production de petits fruits) susceptible de représenter une forte plus-value économique sur l’exploitation et la diversification des revenus.

Fruit sauvage, à la cueillette aléatoire, la myrtille sauvage n’offre cependant pas de revenus réguliers. De fait, les acteurs économiques ont du mal à se structurer et se fédérer autour d’un outil de valorisation. Pourtant, comme en témoigne la ferveur autour des fêtes organisées en lien avec la myrtille, cette production conserve une forte valeur culturelle et identitaire pour les habitants des territoires producteurs.

On constate ces dernières années une régression des landes à myrtilles, pour des raisons très variables en fonction des contextes locaux :

  • évolution des pratiques de pâturage (déprise pastorale ou à l’opposé surpâturage sur certains secteurs) et plantation de résineux,
  • changement climatique et apparition de ravageurs (drosophilaa suzuki),
  • abandon des pratiques traditionnelles de cueillette et forte concurrence d’autres pays européens.

Ainsi, sur les territoires de Millevaches en Limousin, des Monts du Forez et du Livradois et des Monts d’Ardèche, différentes actions ont été entreprises ces dernières années afin de préserver et valoriser la myrtille sauvage, en collaboration avec des « groupes myrtille » locaux composés d’agriculteurs, cueilleurs, transformateurs et propriétaires foncier impliqués dans la démarche.

Des expérimentations visant à tester différents itinéraires techniques pour parvenir à définir ceux favorables au maintien ou la reconquête des landes à myrtilles ont été conduites, ou sont en cours de réalisation, sur les territoires pilotes (gestion du pâturage, broyage, brûlis, …).

Pour autant, en raison des nombreux paramètres pouvant influencer la dynamique des landes, il s’avère désormais nécessaire d’établir un protocole valide scientifiquement et déclinable sur chacun des territoires, afin de capitaliser des données et assurer un suivi de la dynamique des landes à myrtilles à l’échelle du Massif Central.
Ce travail de compréhension et de suivi de la dynamique des landes constitue la base d’un projet de préservation et de valorisation de la myrtille sauvage à l’échelle du Massif Central.

Missions

Le / la stagiaire aura en charge :

  • la capitalisation des données empiriques existantes sur chacun des territoires concernés,
  • l’élaboration de protocoles expérimentaux de suivi des landes à myrtilles déclinable sur chaque territoire,
  • la participation à la préparation d’une journée d’échanges entre les « groupes myrtille » des différents territoires.

Le stage sera encadré par le Parc Livradois-Forez, mais il / elle pourra s’appuyer sur les groupes « myrtille » de chaque territoire, ainsi que sur les chargés de mission agriculture de chaque Parc et les différents partenaires techniques associés au projet. Il / elle travaillera sur des parcelles d’expérimentations pour la plupart déjà identifiées.

Productions attendues

  • Un recueil des modes de gestion des landes à myrtilles actuels et passés ;
  • Un protocole expérimental de suivi des landes par territoire ;
  • Des productions cartographiques.

Profil souhaité

  • Niveau de formation : Bac + 4 ou 5 Agronomie – Environnement ;
  • Compétences en écologie et gestion de milieux naturels ;
  • Connaissances des systèmes agricoles et de la gestion du pâturage ;
  • Pratique de logiciels cartographiques SIG (ArcGis, QGIS) souhaitée ;
  • Bonnes capacités rédactionnelles ;
  • Esprit d’équipe et aptitude au travail en autonomie, bonne organisation, sens de l’initiative et de la communication ;
  • Permis de conduire B indispensable.

Conditions matérielles

  • Stage de 6 mois à réaliser entre mars et septembre 2020 ;
  • Basé à la Maison du Parc naturel régional Livradois-Forez (Saint Gervais-sous-Meymont – 63) ;
  • Des déplacements sont à prévoir en Ardèche, dans le Pilat et dans le Limousin, prise en charge des frais ;
  • Indemnité mensuelle : selon réglementation en vigueur ;
  • Voiture fournie par le Parc pour les trajets liés au stage et/ou indemnisation des frais de déplacement.

Renseignements

Elodie PERRET, chargée de mission agriculture et valorisation des produits : – 04.73.95.57.57.

Modalités de candidature

Envoyer lettre de motivation et CV avant le mercredi 8 janvier 2020 par courrier à M. le Président du Parc naturel régional Livradois-Forez – Maison du Parc – 63880 Saint-Gervais-sous-Meymont
Ou par mail :

Document

Offre stage myrtilles (PDF - 127Kb)

Télécharger l’offre stage myrtilles (PDF – 127Kb)