Coutellerie Roland LANNIER

1er prix création d’entreprise : 7000 Є + Coup de Cœur Initiative Thiers Ambert : 2000€

Coutellerie Roland LANNIER - 20 bis rue Victor Hugo - 63300 THIERS
06 07 22 41 07 - roland@rolandlannier.com - http://rolandlannier.com/

Créatif et impertinent
Vainqueur du premier prix dans la catégorie « Créations et reprises d’entreprises », Roland Lannier ne cachait pas sa joie. « Une très bonne nouvelle, un grand plaisir d’être mis en avant d’autant que je suis très attaché au territoire. » Celui qui voulait être forgeron a quitté la région parisienne pour devenir… coutelier ! « À lui seul, ce mot résume tout… Coutelier, un artisan qui fabrique. » Deux ans de formation au centre de formation des apprentis de Thiers et une année d’apprentissage de la forge avec Christian Moretti, maître en la matière sur l’île de Beauté, finissent de convaincre Roland Lannier, alors premier salarié d’une entreprise promise à un bel avenir : la coutellerie Perceval. « Après 15 années passées dans cette entreprise, j’avais envie de développer des produits moins classiques, d’aller fouiller un peu dans ce qui pourrait être une proposition d’arts de la table plus contemporaine, avec des références culturelles plus actuelles ou plus impertinentes. » Comme ce couteau de poche punk, avec tissu écossais véritable, « ma création la plus réussie sur le plan esthétique », ou cette gamme disques vinyles qui laisse apparaître microsillon, étiquettes et titres de chansons… Outre cette créativité, la spécificité de Roland Lannier est ailleurs. « Je ne travaille qu’avec des fournisseurs 100% français (sauf dans le cas du tissu écossais, acheté directement en écosse), tous mes sous-traitants et partenaires sont français, mes machines sont françaises, mon établi a été fabriqué à Thiers et mon bleu de travail est made in France ! Je veux cultiver cette spécificité jusqu’au bout pour être cohérent. » Autre résolution, Roland Lannier ne travaille avec aucune matière animale ni aucun bois exotique. « J’utilise beaucoup de résines fabriquées par Tom Fleury, primé lui aussi, qui permettent par exemple l’inclusion de déchets industriels. Les restaurateurs sont ma première cible et je trouve amusant d’amener le monde de l’usine dans cet espace très pur. Je n’ai pas envie de faire comme tout le monde. Le vin ou la mode ont eu leur révolution, j’aimerais jouer, un peu, ce rôle dans les arts de la table. » Avec de tels arguments, Roland Lannier ne pouvait que participer aux Trophées du Parc. « C’est vrai, je me suis dit que j’avais des arguments. Et en travaillant avec d’autres locaux, des pointures comme les entreprises Morel Traitement Thermique ou Henri Gonin à Palladuc, j’apporte un peu d’eau au moulin des émouleurs. » également coup de cœur Initiative Thiers-Ambert, Roland Lannier compte poursuivre son développement grâce aux 9 000 € de prix engrangés. « Mettre aux normes mes machines pour pouvoir accueillir mon apprenti dès le mois de septembre, financer un contrat avec un photographe professionnel pour mon site web et financer un voyage aux états-Unis pour rencontrer des clients à New-York et Washington. » Tout un programme.


Logo RSS S'abonner au flux d'informations du Parc