fiche n°37

La renouée du Japon

Reynoutria sp. ou Fallopia sp.

Identité

Il s’agit d’une plante vivace herbacée avec des tiges creuses aux allures de Bambous pouvant dépasser les 3 mètres de hauteur et de grandes feuilles en forme de cœur de plus de 15 cm de longueur.
Chronique d’une invasion
Originaire d’Asie, cette plante fut introduite en Europe, au milieu du XIXème siècle par des jardiniers passionnés de nouveauté et d’exotisme. Cette belle ornementale s’est progréssivement acclimatée puis s’est dispersée sur le continent. Les nombreux travaux d’aménagement au milieu du XXème siècle ont accéléré sa dissémination via les transports de terre, les engins et la perturbation des milieux naturels.
En Auvergne, elle fut décrite pour la première fois dans le département de l’Allier dès 1930 puis dans le département du Puy- de-Dôme en 1956. Elle a connu une véritable explosion le long des cours d’eau et des axes routiers dans les années 1980. Aujourd’hui, il s’agit d’une plante envahissante parmi les plus problématiques en Auvergne ainsi qu’en Livradois-Forez.

Chemin envahi par la renouée
Chemin envahi par la renouée

Répartition

Elle se concentre principalement le long des cours d’eau, des axes routiers et des agglomérations. Elle s’implante sur toutes les zones remaniées par l’homme, quelle que soit l’altitude, ou la nature du sol.
Une redoutable efficacité
Cette espèce végétale est l’une des plus productives de la flore tempérée. Un fragment de tige aérienne ou de rhizome suffit à redonner une plante qui peut vivre plus de 10 ans. En l’absence de prédateurs locaux, et de maladies, la renouée est une compétitrice redoutable qui élimine les autres végétaux par sécrétion de substances chimiques (pouvoir allélopathique comme le Noyer). Elle possède un système racinaire performant avec des rhizomes qui se développent jusqu’à 3 mètres de profondeur en dépassant les 10 mètres de longueur, et qui lui permettent de résister aux techniques chimiques ou mécaniques de lutte.

Renouée en fleur
Renouée en fleur

Les renouées et les hommes

Dans sa zone d’origine cette plante n’est pas envahissante. Mais dans nos contrées, par son développement spectaculaire, la Renouée pose des problèmes. Sa fauche et son broyage sont des facteurs particulièrement efficaces de dissémination par bouturage. Les travaux d’aménagement contribuent fortement à sa dissémination. Son système racinaire très développé mais particulièrement cassant ne permet pas de stabiliser les berges des cours d’eau qui s’érodent à la moindre crue en entraînant des morceaux de Renouée en aval et favorisant ainsi l’implantation de nouveaux foyers.
Dans la nature son implantation se fait souvent au détriment de plantes et de milieux naturels autochtones et contribue à l’appauvrissement de la biodiversité.

S. Martinant. CEPA

  • Savoir reconnaitre cette plante et la faire connaître autour de vous.
  • Ne pas la planter ou la transplanter.
  • Veiller au nettoyage du matériel utilisé après l’intervention sur des secteurs à Renouées.
  • Bâcher au moment des transports ou mettre dans des sacs fermés pour éviter toute perte en route après des travaux de fauche.
  • Eviter d’utiliser et de déplacer des terres contaminées.
  • Eviter le broyage.
  • Limiter la perturbation des milieux naturels et leur mise à nue.
  • Eviter l’utilisation de désherbants qui n’éradiquent pas le système racinaire et sont polluants.
  • Eviter le bâchage qui induit une extension...

Logo RSS S'abonner au flux d'informations du Parc