Moins des pesticides, des communes montrent l’exemple

Charte d’entretien des espaces publics

Châteldon au niveau III

Les pesticides, ou produits phytosanitaires, sont destinés à maîtriser ou à détruire les végétaux (herbicides), champignons (fongicides) ou animaux indésirables (insecticides, raticides, …). Issus de l’industrie chimique ou d’origine naturelle, ils sont aujourd’hui utilisés par de nombreux acteurs, notamment les agriculteurs, les gestionnaires des voies de communication, les collectivités territoriales, et les particuliers.

Des risques pour la santé et pour l’environnement

Bien que très largement répandue, l’utilisation de pesticides n’est cependant pas anodine : si ces produits permettent d’éliminer des organismes vivants, ils peuvent aussi être néfastes pour la santé humaine, notamment en cas de mauvaise utilisation ou d’exposition prolongée : augmentation du risque de cancer, troubles de la reproduction et du développement, troubles neurologiques, perturbations endocriniennes…

L’application de pesticides présente également des conséquences non voulues sur la biodiversité : elle peut entraîner la mort d’espèces animales ou végétales non visées.
Par ailleurs, les pesticides sont un facteur de dégradation de la qualité de l’eau. Utilisés en milieu urbain, ils se retrouvent rapidement dans les milieux aquatiques : les produits ruissellent sur les surfaces imperméables et rejoignent les rivières, via le réseau d’eaux pluviales. Or il suffit de quelques gouttes de pesticide pour polluer un cours d’eau !!

Les collectivités et les particuliers utilisent près de 3 % des pesticides vendus en France, et ils contribuent aussi à la pollution des eaux en Auvergne. Il est urgent que chacun d’entre nous s’interroge sur ses pratiques, et mette en œuvre des méthodes alternatives !

C’est pourquoi certaines communes montrent l’exemple et s’engagent… …notamment en signant la charte d’entretien des espaces publics

www.entretien-espaces-publics.fr

Cette charte propose trois niveaux d’engagement :

  • niveau 1 : traiter mieux
  • niveau 2 : traiter moins
  • niveau 3 : ne plus traiter chimiquement.

Châteldon vient d’être admise au niveau 3. C’est pour l’instant, la seule commune du Parc engagée à ce niveau.

Dans ce cadre, elles sont accompagnées par la FREDON Auvergne, qui réalise un diagnostic des pratiques de désherbage, et qui propose des actions pour les aider à atteindre leurs objectifs.

Les agents techniques bénéficient d’un accompagnement pour sécuriser au maximum leurs applications de produits phytosanitaires (choix des produits les plus adaptés, calcul correct des doses, aménagements à mettre en place sur différents sites de la commune pour réduire voire supprimer les passages de désherbants chimiques).

… vers de nouvelles pratiques

De nouvelles méthodes d’aménagement et d’entretien des espaces publics sont mises en place dans ces communes pour se passer le plus possible de désherbant chimique.

Et vous, comment participer à l’opération ?

… En acceptant davantage la présence de végétation spontanée dans votre commune

Les techniques alternatives et la mise en place de nouveaux aménagements peuvent entraîner la présence de davantage de végétation spontanée. Mais cela n’est pas synonyme de laisser-aller. C’est plutôt le signe d’une moindre utilisation de produits chimiques dans les espaces publics. Les herbes folles doivent retrouver une place maîtrisée dans le paysage urbain !

… En apprenant à vous passer de pesticides dans votre jardin

Pour vous aider, des jardineries se sont engagées à communiquer sur les méthodes de jardinage au naturel :

  • Fiches conseil disponibles dans les points de vente signataires ou téléchargeables gratuitement sur le site Internet www.mieux-jardiner.fr

    Portfolio


Logo RSS S'abonner au flux d'informations du Parc

Evénements